Arctic Goose
Visit The Gallery
Liens:

North American Arctic Goose Conference and Workshop
Bernache cravant Impression

Il y a quatre populations de Bernaches cravants dans le PCOA : celle de l'est de l'Extrême-Arctique, celle de l'Atlantique, celle de l'ouest de l'Extrême-Arctique et celle du Pacifique.

Brant  

Pour obtenir de l'information générale sur les Bernaches cravants, consulter les sites Web suivants:

Options:
http://en.wikipedia.org/wiki/Brent_Goose
http://www.rspb.org.uk/wildlife/birdguide/name/b/brentgoose/index.asp
http://www.wwt.org.uk/text/264/light_bellied_brent.html
http://bna.birds.cornell.edu/bna/species/337/articles/introduction

Carte de l'aire de réparatition de la Bernache cravant du Pacifique, de l'ouest de l'Extrême-Arctique et de l'Atlantique
(du U.S. Fish and Wildlife Service) 


Situation actuelle et préoccupations relatives à la gestion de la Bernache cravant de l'est de l'Extrême-Arctique

Brant

La Bernache cravant de l'est de l'Extrême-Arctique (Bernache cravant de l'EEA) niche au Canada, sur les îles de l'est de l'Extrême-Arctique, traversant le Groënland et l'Islande pour se rendre hiverner en Irlande. Les dénombrements des aires de rassemblement en Islande et des aires d'hivernage en Irlande, où la population est passée de moins de 10 000 oiseaux à la fin des années 1960 à plus de 33 000 en 2004–2005, permettent d'estimer le nombre de Bernaches cravants de l'EEA. Le recensement international de 2006, coordonné par la [Wildfowl and Wetlands Trust] au Royaume-Uni, a estimé les effectifs de cette population à 29 000 oiseaux à peu près. Aucun dénombrement n'est réalisé à l'heure actuelle dans les lieux de reproduction du Canada et il existe peu d'information sur la répartition dans l'aire de reproduction.

Le pourcentage de jeunes est évalué pendant le dénombrement automnal. Comme c'est le cas pour la plupart des oiseaux de l'Arctique, la productivité fluctue sensiblement selon les années, passant de 1 à 2 p. 100 les mauvaises années à 30 p.100 les bonnes années. En 2006, la production de jeunes a été très faible, puisqu'ils formaient moins de 2 p. 100 de la population à l'automne.

Brant Protéger les aires de rassemblement et d'hivernage, et limiter les perturbations et les autres incidences sur les populations de Bernaches cravants qui s'y trouvent sont probablement les mesures les plus importantes qui peuvent être prises pour protéger la Bernache cravant de l'EEA. Au Canada, il est important de maintenir la situation actuelle, c'est-à-dire un nombre très limité de prises et quasi aucune influence de l'être humain sur les lieux de reproduction. Le Canada devrait collaborer avec les conseils de cogestion et les gens qui déterminent les processus de l'utilisation des terres septentrionales afin que les basses terres servant d'habitat à ces oies, qui sont en quantité limitée dans l'Extrême-Arctique canadien, soient désignées et protégées, soit directement par la création de parcs ou de réserves nationales de faune, soit indirectement par des évaluations environnementales et l'examen des activités d'utilisation des terres.


Brant

Situation actuelle et préoccupations relatives à la gestion de la Bernache cravant de l'Atlantique

La Bernache cravant de l'Atlantique pèse en règle générale au plus 1,35 kg, soit beaucoup moins que sa proche parente, la Bernache du Canada. La tache blanche distinctive sur les joues de la Bernache du Canada est remplacée chez la Bernache cravant de l'Atlantique par de petites rayures blanches qui forment un anneau autour du cou.

La Bernache cravant de l'Atlantique niche dans des colonies peu denses sur des îles de l'est de l'Arctique. Les principales colonies de reproduction sont situées dans le bassin Foxe, à l'ouest de l'île de Baffin. La saison de reproduction est très courte pour la Bernache cravant de l'Atlantique. La neige des lieux de reproduction fond à la mi-juin et l'hiver revient au début de septembre. Au cours d'une année moyenne, cela laisse juste assez de temps pour pondre les oeufs et les couver, puis élever les oisons jusqu'à ce qu'ils puissent voler. Les années où la neige fond tardivement, les femelles réabsorbent les oeufs pour conserver les éléments nutritifs que ferait perdre une tentative de nidification qui échouerait. La température dans leurs sites de reproduction de l'Extrême-Arctique fait parfois échouer la production de la Bernache cravant de l'Atlantique.


Brant

La Bernache cravant de l'Atlantique hiverne le long de la côte de l'Atlantique, du Massachusetts à la Caroline du Nord (en particulier du New Jersey à la Caroline du Nord). Elle utilise l'habitat des marais côtiers de long des estuaires et des baies peu profondes. La Bernache cravant dépend fortement de certains aliments aquatiques, comme la vallisnérie et la laitue de mer (algue) et risque donc la famine lorsque le gel des eaux côtières limite sérieusement l'accès à la nourriture aquatique essentielle. Dans ces cas-là, la Bernache cravant est obligée de se nourrir dans les champs agricoles, les pelouses résidentielles et les terrains de sport et de golf. On sait que la mortalité est élevée en hiver les années où la température est particulièrement rigoureuse.  Brant Les relevés aériens annuels (c.-à-d. le Midwinter Waterfowl Survey) qui sont effectués au début de janvier, à un moment où les Bernaches cravants sont arrivées dans leur aire d'hivernage et sont relativement sédentaires, permettent de suivre les tendances démographiques de la population de l'Atlantique. Celle-ci fluctue considérablement, mais les effectifs ont augmenté dans la plus grande partie de son aire de répartition. Selon les estimations de janvier 2008, la population de Bernaches cravants de l'Atlantique comptait 161 600 individus, soit 7 p. 100 de plus que l'an dernier et 6 p. 100 de plus que la moyenne décennale.

On savait jusqu'à récemment peu de choses de l'écologie de la population de Bernaches cravants de l'Atlantique, de ses indices vitaux, de ses exigences en matière d'habitat et de son utilisation de l'habitat, ou de ses voies migratoires actuelles. En 2001, des chercheurs canadiens et américains du Atlantic Flyway Council ont entrepris une étude par radiotélémétrie visant à déterminer les déplacements saisonniers de ces bernaches, la chronologie de la migration, les aires de rassemblement essentielles et l'emplacement des colonies nicheuses importantes. D'autres recherches sur l'écologie hivernale de ces bernaches, ont commencé en 2006. Pour en apprendre davantage à propos des recherches sur la Bernache cravant, consulter le site Web de New Jersey Fish and Wildlife. Il est essentiel de bien comprendre l'écologie et la biologie de la Bernache cravant pour bien gérer cette espèce.


Situation actuelle et préoccupations relatives à la gestion de la Bernache cravant du Pacifique et de la Bernache cravant de l'ouest de l'Extrême-Arctique

Brant Goose La perte de l'habitat hivernal est l'une des menaces les plus importantes qui pèsent sur les populations de Bernaches cravants puisque cette espèce dépend plus que la plupart des autres espèces d'oies de l'état naturel de son habitat d'hivernage. Dans une bonne partie de l'habitat côtier qu'utilise la Bernache cravant pendant l'hiver, les activités de l'être humain, qu'il s'agisse d'aménagement industriel et résidentiel ou d'activités récréatives entraînant des perturbations, provoquent la perte de l'habitat. L'exploitation pétrolière et gazière éventuelle dans les aires de reproduction et les effets à long terme des changements climatiques représentent aussi une menace. Parce que les populations reproductrices et hivernantes sont localisées, des catastrophes comme le dépérissement de la vallisnérie (un aliment important), le gel des aires d'alimentation, la pollution et les déversements d'hydrocarbures, même dans une seule des principales aires de rassemblement ou d'hivernage, pourraient avoir des incidences énormes sur toute la population.

Bien que l'être humain n'ait pas de prise sur certaines menaces à grande échelle (p. ex. le temps, la prédation), plusieurs choses peuvent être faites pour que les fluctuations naturelles de la population de Bernaches cravants n'entraînent pas de déclin important. Pour gérer ces populations, il faut circonscrire les liens entre les aires de reproduction, de rassemblement et d'hivernage, et décrire les habitudes d'utilisation de l'habitat dans les aires d'hivernage dans les lieux de rassemblement au printemps et à l'automne afin de conserver l'habitat essentiel. L'exploitation pétrolière et gazière dans l'Arctique doit tenir compte des besoins de cette espèce et limiter les incidences au minimum. La surveillance est très importante aussi afin que les restrictions ou les interdictions de chasser puissent être appliquées et modifiées en fonction de la taille de la population et de la réussite de la reproduction.

Brant Goose

La population de Bernaches cravants de l'ouest de l'Extrême-Arctique est préoccupante parce qu'elle est peu nombreuse et que sa répartition hivernale est limitée. Bien que les effectifs semblent stables à l'heure actuelle, à 9 000 oiseaux environ en hiver, ce chiffre reste en deçà de l'objectif de 12 000 oiseaux pour le continent. La population de Bernaches cravants du Pacifique est celle qui a varié le plus au cours des 50 dernières années, par suite du déclin important causé à la fin des années 1970 par les hivers rigoureux et les prises excessives. La population a rebondi au début des années 1990, grâce à l'augmentation des mesures de gestion et à la réglementation accrue de la chasse. Bien que le nombre de Bernaches cravants du Pacifique semble stabilisé à l'heure actuelle à 126 000 oiseaux à peu près en hiver, ce chiffre reste en deçà de l'objectif de 150 000 oiseaux pour le continent.


 
 
Nouvelles de l'Arctique
AGJV Request for Proposals 2014
Read More: (PDF) (94 Kb)
 
Evaluation of Special Management Measures for Midcontinent Lesser Snow Geese and Ross's Geese 2012
Read More: (PDF) (11 Mb)
 
13th Annual North American Arctic Goose Conference
Winnipeg, Manitoba,
April 15-17, 2015
Read More:
 
Greater Snow Goose Hunting Brochure
Read more: (PDF) (512 Kb)
 
En ligne
 


Developed and hosted by Microtek Corporation