Arctic Goose
Visit The Gallery
Liens:

North American Arctic Goose Conference and Workshop
Oie rieuse Impression

Il y a trois populations d'Oies rieuses dans le PCOA : du centre du continent, de Tulé et du Pacifique.

Greater White-fronted Goose  

Pour obtenir de l'information générale sur l'Oie rieuse, consulter les sites suivants:

Cornell Lab of Ornithology, All About Birds

National Audubon Society

Wikipedia

Range map of Pacific and Midcontinent White-fronted geese
(from U.S. Fish and Wildlife Service)


Situation actuelle et préoccupations relatives à la gestion de la population d'Oies rieuses du centre du continent

Les Oies rieuses du centre du continent (ORCC) traversent au cours de leur migration de nombreuses provinces et de nombreux États dans les trois pays, et intéressent beaucoup un grand nombre de personnes et d'organisations. Puisqu'il s'agit d'une ressource partagée, le Central Flyway Council, le Mississippi Flyway Council et le Pacific Flyway Council collaborent à la gestion de cette espèce par le truchement d'un plan de gestion officiel mis à jour tous les cinq ans. La dernière révision, qui a eu lieu en 2005, énonce les lignes directrices pour le maintien de la population d'ORCC à un niveau qui optimisera les possibilités de prélèvement d'individus et d'autres bienfaits publics, en harmonie avec le bien-être de la population, les traités internationaux et les contraintes en matière d'habitat.
Greater White-fonted Goose
Il faut surveiller la population d'ORCC pour évaluer sa situation. Cette population étant dispersée et se mêlant à d'autres oies à l'automne, en hiver et au printemps, un relevé est effectué en septembre, pendant la migration, dans le sud-ouest de la Saskatchewan et le sud-est de l'Alberta. À ce moment-là de l'année, les oies sont relativement concentrées, ce qui fournit l'occasion d'obtenir des estimations raisonnables de la population. Un objectif de 600 000 ORCC a été établi. La situation de la population est basée sur la moyenne mobile sur trois ans des indices du relevé automnal. On considère que, pour mesurer la situation par rapport à l'objectif, l'utilisation de moyennes mobiles sur trois ans plutôt que d'indices sur une seule année convient parce qu'elle réduit les effets de la variation annuelle des indices et des conditions des relevés.

Greater White-fonted Goose Le baguage est aussi une composante importante de la gestion des ORCC. La récupération des bagues apporte des renseignements uniformes permettant d'évaluer les taux de survie et de prises, la répartition géographique et temporelle des prises, ainsi que la taille de la population. Les données du baguage offrent un moyen d'évaluer la réussite globale de la gestion de la population.

Les données sur la productivité offrent des aperçus précieux sur la dynamique des populations et aident à interpréter les résultats des inventaires des populations et des prises. Il faudrait procéder chaque année à une évaluation sur le terrain de la productivité (pourcentage des oiseaux immatures et nombre de jeunes par famille) des ORCC. Ces évaluations directes fournissent le meilleur indice qui soit de la productivité annuelle et, à la différence des enquêtes fondées sur la collecte de parties, sont exemptes des biais venant de ce que, devant le chasseur, les oiseaux adultes et les immatures sont vulnérables à des degrés différents.

Les ORCC dépendent pendant leur cycle annuel d'un large éventail de types d'habitats essentiels dans trois pays. Ces habitats devraient être surveillés, protégés, restaurés ou améliorés au besoin, parce que les changements naturels et d'origine anthropique qu'ils subissent vont se poursuivre.

Les ORCC sont une ressource naturelle précieuse et sont très appréciées comme gibier et pour l'observation. L'utilisation récréative et le plaisir que ces oies nous procurent sont des valeurs importantes et une raison puissante de maintenir la population d'ORCC à un niveau optimum. Veiller à ce que la population atteigne l'objectif ou le dépasse, puis se maintienne à ce niveau, permettra de l'utiliser de façon traditionnelle tout en autorisant les utilisations récréactives rationnelles.

Situation actuelle et préoccupations relatives à la gestion des Oies rieuses de Tulé

L'Oie de Tulé est l'une des deux sous-espèces d'Oies rieuses qui nichent en Alaska et hivernent surtout en Californie. L'Oie de Tulé niche dans le passage Cook et les affluents qui s'y jettent, en Alaska, mais son aire de reproduction n'est pas complètement définie et il existe probablement d'autres lieux de nidification. On s'est servi au cours des dernières années du marquage radiosatellitaire des oiseaux pour délimiter les aires de reproduction, de migration et d'hivernage. La principale aire d'hivernage de la population de Tulé est le Sacramento National Wildlife Refuge, en Californie. Parmi ses haltes migratoires, il y a le bassin du fleuve Columbia, en Oregon et dans l'État de Washington, et le bassin du lac Summer, en Oregon.

Les Oies de Tulé sont l'une des sous-espèces d'oies les moins abondantes, si bien qu'obtenir des estimations précises de la taille de la population s'est révélé présenter tout un défi. Les aires de reproduction de la population d'Oies rieuses de Tulé ont été délimitées en partie seulement à la fin des années 1990, et il n'a pas été possible d'effectuer de relevés aériens parce que la détection est très mauvaise dans la forêt boréale et les muskegs. Dans les aires d'hivernage, les rares Oies de Tulé se mêlent à plus d'un demi-million d'Oies rieuses appartenant à la population du Pacifique. Depuis 2003, on procède au dénombrement des Oies de Tulé munies d'un émetteur radio et au dénombrement au sol des oiseaux marqués et non marqués pour parvenir à une estimation de la population. Cette approche est prometteuse pour l'évaluation de la situation de la population.

Situation actuelle et préoccupations relatives à la gestion de la population d'Oies rieuses du Pacifique

L'Oie rieuse du Pacifique est l'une des deux sous-espèces d'Oies rieuses qui nichent en Alaska et hivernent surtout en Californie. L'autre sous-espèce est l'Oie rieuse de Tulé. Presque toutes les Oies rieuses du Pacifique nichent de la péninsule d'Alaska jusqu'au fleuve Yukon, la majorité dans le delta du Yukon et du Kuskokwim, dans l'ouest de l'Alaska. Les principales aires d'hivernage de l'Oie rieuse du Pacifique sont la vallée de Sacramento et le delta des fleuves Sacramento et San Joaquin, en Californie. Ces régions reçoivent la majorité des migrants automnaux, à partir de la fin de septembre, le nombre d'oiseaux atteignant un sommet au début ou au milieu de novembre. Un petit pourcentage de la population, venant surtout de la baie Bristol, en Alaska, migre tôt, en septembre, traverse le bassin de Klamath (Oregon et Californie), survole la vallée de Sacramento et hiverne dans les hautes-terres du nord du Mexique.

La population d'Oies rieuses du Pacifique s'est accrue rapidement au cours des dernières années et est maintenant estimée à plus de 600 000 oiseaux. Cette taille dépasse de beaucoup les plans de gestion de la voie migratoire. Cette population est utilisée pour la chasse sportive, surtout en Oregon et en Californie, et pour la chasse de subsistance par les habitants du delta du Yukon et du Kuskokwim.

La transformation de l'habitat, la sécheresse ou d'autres pénuries d'eau, ainsi que la modification des pratiques agricoles peuvent avoir une incidence négative sur la qualité et la répartition de l'habitat d'alimentation ou de repos, surtout dans la vallée de Sacramento, pendant l'hiver, et dans le bassin de Klamath, au printemps. La diminution constante de l'utilisation du bassin de Klamath comme aire de rassemblement importante à l'automne par les Oies rieuses et de nombreuses autres espèces de sauvagine est très préoccupante. Au cours des dernières années, les migrations plus précoces vers le nord d'un nombre de plus en plus grand d'Oies rieuses de la population du Pacifique, depuis la vallée de Sacramento jusqu'au bassin de Klamath, ont provoqué une augmentation des plaintes associées à la dévastation des récoltes. La précocité de la migration est peut-être due à des changements de l'abondance des aliments dans la Grande Vallée de Californie.


 
 
Nouvelles de l'Arctique
AGJV Request for Proposals 2014
Read More: (PDF) (94 Kb)
 
Evaluation of Special Management Measures for Midcontinent Lesser Snow Geese and Ross's Geese 2012
Read More: (PDF) (11 Mb)
 
13th Annual North American Arctic Goose Conference
Winnipeg, Manitoba,
April 15-17, 2015
Read More:
 
Greater Snow Goose Hunting Brochure
Read more: (PDF) (512 Kb)
 
En ligne
 


Developed and hosted by Microtek Corporation