Arctic Goose
Visit The Gallery
Liens:

North American Arctic Goose Conference and Workshop
Oie des neiges Impression

Il y a cinq populations d'Oies des neiges dans le PCOA : la Grande Oie des neiges, la Petite Oie des neiges du centre du continent, l'Oie des neiges et l'Oie de Ross de la partie occidentale de la voie migratoire centrale, la Petite Oie des neiges de l'ouest de l'Arctique et la Petite Oie des neiges de l'île Wrangel.

 Snow Goose

Pour obtenir de l'information générale sur les Oies des neiges, consulter les sites suivants:

Cornell Lab of Ornithology, All About Birds

National Audubon Society  

Wikipedia

Range map of Western Arctic Lesser, Greater and Ross's Geese
(from U.S. Fish and Wildlife Service)

 

 

 

Range map of Wrangler Island, Western Central Flyway and Midcontinent Lesser Snow Geese
(from U.S. Fish and Wildlife Service)
 

Greater Snow Goose

 

Situation actuelle et préoccupations relatives à la gestion de la Grande Oie des neiges

L'explosion de la population de Grandes Oies des neiges représente un défi pour les gestionnaires de la faune depuis le milieu des années 1980. Cet accroissement sans précédent de la population au cours des dernières décennies pourrait avoir des conséquences négatives pour les oies elles-mêmes et pour d'autres plantes et animaux qui cohabitent avec elles (Abraham et Jefferies 1997). Le Plan conjoint des Oies de l'Arctique a craint que les aires de reproduction ne souffrent des mêmes conséquences que celles qui ont été observées pour la Petite Oie des neiges (Giroux et al. 1998b). Une série de mesures de conservation spéciales visant à arrêter la croissance de la population et à stabiliser sa taille ont par conséquent été appliquées en 1998-1999. Il s'agissait d'accroître le prélèvement d'individus en assouplissant les limites des prises et de possession ainsi que les méthodes de chasse pendant les saisons de chasse régulières, et en autorisant la chasse de conservation printanière au Québec (Giroux et al. 1998a).

L'explosion de la population de Grandes Oies des neiges représente un défi pour les gestionnaires de la faune depuis le milieu des années 1980. Cet accroissement sans précédent de la population au cours des dernières décennies pourrait avoir des conséquences négatives pour les oies elles-mêmes et pour d'autres plantes et animaux qui cohabitent avec elles (Abraham et Jefferies 1997). Le Plan conjoint des Oies de l'Arctique a craint que les aires de reproduction ne souffrent des mêmes conséquences que celles qui ont été observées pour la Petite Oie des neiges (Giroux et al. 1998b). Une série de mesures de conservation spéciales visant à arrêter la croissance de la population et à stabiliser sa taille ont par conséquent été appliquées en 1998-1999. Il s'agissait d'accroître le prélèvement d'individus en assouplissant les limites des prises et de possession ainsi que les méthodes de chasse pendant les saisons de chasse régulières, et en autorisant la chasse de conservation printanière au Québec (Giroux et al. 1998a).
Lien de l'île Bylot : http://www.cen.ulaval.ca/bylot/

Carte de l'aire de répartition de la Grande Oie des neiges

 

Snow Goose 

Situation actuelle et préoccupations relatives à la gestion de la Petite Oie des neiges de l'ouest de l'Arctique

La plus grande partie (>95%) des Petites Oies des neiges de la population de l'Arctique se reproduisent sur l'île Banks, dans les Territoires du Nord-Ouest, quatre petites colonies reproductrices nichant dans la partie continentale des Territoires du Nord-Ouest et de l'Alaska. Par le passé, cette population hivernait surtout dans la Grande Vallée de Californie, mais sa répartition hivernale s'est peu à peu beaucoup déplacée vers l'est au cours des dernières décennies. En certains endroits de son aire de répartition, la population de l'ouest de l'Arctique se mélange à deux autres populations reproductrices d'Oies des neiges, dont la situation quant à la conservation diffère sensiblement (la population relativement petite de l'île Wrangel et la population surabondante de la partie occidentale de la voie migratoire centrale) ainsi qu'avec les populations à la hausse d'Oies de Ross. Le nombre de Petites Oies des neiges de l'ouest de l'Arctique augmente constamment depuis les années 1970 et les adultes nicheurs forment maintenant une population de près de 500 000 individus. Compte tenu de la croissance de la population, on craint que le pâturage excessif de la végétation par les adultes et leurs couvées ne signifie la perte de l'habitat de l'Arctique. Les aires de migration, de rassemblement et d'hivernage sont aussi menacées par le progrès, en particulier l'exploitation pétrolière et gazière.


Situation actuelle et préoccupations relatives à la gestion de la Petite Oie des neiges du centre du continent et des populations d'Oies de Ross et d'Oies des neiges de la partie occidentale de la voie migratoire centrale

La population de la partie occidentale de la voie migratoire centrale niche dans le centre et l'ouest de l'Arctique canadien, de grandes colonies nichant près de la baie de la Reine-Maud et sur l'île Banks. Ces oies se réunissent à l'automne dans l'est de l'Alberta et l'ouest de la Saskatchewan et se concentrent en hiver dans le sud-est du Colorado, au Nouveau-Mexique, dans l'étroite bande de terre du Texas et dans les hautes-terres du nord du Mexique. La population d'Oies des neiges du centre du continent niche sur les îles de Baffin et de Southampton, un petit nombre nichant le long de la côte ouest de la baie d'Hudson. Ces oies passent l'hiver surtout dans l'est du Texas, en Louisianne et en Arkansas. Ces deux populations de Petites Oies des neiges et d'Oies de Ross ont par le passé été délimitées par l'association de leur aire d'hivernage avec les voies migratoires du centre et duSnow Geese Mississippi. Ensemble, elles forment les « petites oies de la voie migratoire du centre de l'Amérique du Nord et du Mississippi », un groupe considéré comme surabondant en raison de la croissance rapide de sa population, du grand nombre d'individus qu'il compte et de ses effets néfastes sur les habitats. Les indices numériques de ces oies pendant l'hiver (à l'exclusion des relevés effectués au Mexique) ont augmenté de près de quatre fois de 1970 (784 000 individus) à 1998 (3,1 millions). Ces oies dégradent les habitats de l'Arctique au printemps et en été, dévastent les cultures en automne et en hiver, et créent des dangers éventuels pour les autres espèces et leurs habitats (voir Batt 1997, Moser 2001). Les gestionnaires de la sauvagine d'Amérique du Nord ont assoupli les règlements de chasse qui concernent ces oies afin d'essayer d'arrêter ou de renverser la croissance rapide de leur population. En 1999, des dispositions spéciales permettant de prélever ces oies en dehors de la saison de chasse traditionnelle ont été mises en vigueur. Selon les indices hivernaux de leur abondance depuis 1999, la tendance est maintenant légèrement à la baisse, mais on sait que les relevés hivernaux sont incomplets et n'indiquent peut-être pas les tendances réelles (voir la figure 1). Des inventaires photographiques des colonies nicheuses de l'Arctique sont effectués, mais, en raison du coût élevé du travail réalisé dans les régions arctiques, chacune n'est couverte qu'une fois tous les cinq ans, à tour de rôle. On s'est servi aussi des estimations de Lincoln, qui utilisent les données des prises et de la récupération des bagues, pour examiner les tendances relatives à la croissance de la population (Alisauskas). Ces estimations ont également montré une diminution du taux de croissance depuis 1999 par comparaison aux années antérieures. Toutefois, obtenir des estimations précises de la taille de la population, ou du taux de croissance de la population, pour ces oies largement dispersées est une tâche difficile et toutes les méthodes mentionnées ci-dessus peuvent comporter des biais et des erreurs. Le PCOA a réuni une équipe de biologistes qui examineront l'information courante sur ces oies et leurs habitats. Le rapport du comité du PCOA devrait être prêt à l'été 2009. Pour plus d'information, voir la section sur la « Surabondance des petites oies » du présent site Web.

 

Figure 1. Indices hivernaux des populations de petites oies de la population du centre du continent et de la partie occidentale de la voie migratoire centrale aux États-Unis et au Canada, 1970-2008.


Situation actuelle et préoccupations relatives à la gestion de l'Oie des neiges de l'île Wrangel

Ces oies nichent en Russie, sur l'île Wrangel, située au nord-est de la partie continentale de ce pays. Une proportion croissante des oies de l'île Wrangel hivernent dans les régions deltaïques du Fraser et du Skagit, dans l'État de Washington et en Colombie-Britannique, tandis qu'une proportion décroissante hivernent en Californie. Des biologistes russes, avec l'appui du PCOA, estiment la population de l'île Wrangel depuis 1970. La population reproductrice est passée de 150 000 individus environ en 1970 à 50 000 en 1975, mais elle s'est rétablie au cours des dernières années et est remontée à près de 150 000 individus. Il est important de gérer les prélèvements de cette ressource intercontinentale. Récemment, dans le segment septentrional de l'aire d'hivernage, certains se sont plaints de la dévastation des cultures attribuable à ces oies, qui font craindre pour la sécurité des avions à l'aéroport international de Vancouver, causent un problème de nuisance dans des régions urbaines et provoquent la dégradation de l'habitat à scirpes dans des marais de la région. Comme pour beaucoup de populations d'oies, les gestionnaires doivent déterminer quelle est la valeur positive et les caractéristiques négatives de ces oies, et parvenir à un équilibre entre elles.


 
 
Nouvelles de l'Arctique
AGJV Request for Proposals 2014
Read More: (PDF) (94 Kb)
 
Evaluation of Special Management Measures for Midcontinent Lesser Snow Geese and Ross's Geese 2012
Read More: (PDF) (11 Mb)
 
13th Annual North American Arctic Goose Conference
Winnipeg, Manitoba,
April 15-17, 2015
Read More:
 
Greater Snow Goose Hunting Brochure
Read more: (PDF) (512 Kb)
 
En ligne
 


Developed and hosted by Microtek Corporation